Aller au contenu

l’histoire

Par le passé et encore aujourd’hui bien des recherches, bien des études  ont maintenu  en haleine nombre d’historiens. Leurs écrits retracent méticuleusement la richesse historique humaine et patrimoniale du lieu y compris la grande épopée de la vigne et du vin sur les rives de la Rance . Les passionnés pourront assouvir leur soif de connaissances en s’abreuvant sur ce thème aux sources littéraires anciennes ou récentes .Elles attestent tout à la fois  selon la légende et des documents du XI ième siècle dignes de foi, de la présence de la vigne et du vin dans le Val de Rance dès le haut Moyen âge. Sous la houlette de l’abbaye proche de St Magloire les ordres monastiques ont favorisé le développement de  nombre de vignobles bordant la Rance et le commerce du vin produit grâce aux moyens de transport offerts par le fleuve .Tout au long des XIV ième , XV ième siècles et la Renaissance l’activité vinicole prospère jusqu’à son  déclin au milieu du XVIlI ième . Ce vin dit « breton » dont le plus apprécié serait celui  produit sur les coteaux  riverains de la Rance les mieux exposés  suivra cette pente  fatale jusqu’à disparaitre totalement au profit de la culture des céréales et de l’arrivée sur le marché, provenant d’autres régions productrices, de vins plus prestigieux .Anéantissant tout le vignoble français entre 1860 et 1895 la crise du phylloxéra tirera pour longtemps  un trait sur la vigne en Bretagne .  1904 sera l’année de la dernière vendange enregistrée Restent de cette époque peu de témoignages concrets, quelques noms de lieux évocateurs ( la vigne blanche,la grande vigne, le Vigneux ) ,pas même un cep de vigne dont on pourrait avec certitude confirmer cette origine ancestrale . Reste un point d’interrogation à propos d’une vigne retrouvée en 1992 à proximité du mont Garo à l’état  quasi sauvage, une découverte qui a engendré une avancée importante de la connaissance ampélographique. L’étude du génome de ce plant inconnu jusqu’ alors a permis de le déterminer comme étant la mère du cépage Merlot. Du nom de « madeleine noire des Charentes » il n’est pas actuellement cultivé dans la région. Les XIX et XX ième siècle, a part quelques initiatives individuelles n’ont pas ramené les heures de gloire de la viticulture en bord de Rance. Sans la volonté folle et tenace de quelques passionnés d’histoire, amoureux de vigne et de  vin, jamais le mont Garot n’aurait retrouvé l’harmonie et le charme de sa vocation vinicole d’antan. S’inventant vignerons ils ont en 2004 après défrichage du clos encore aujourd’hui  bordé de ses murs médiévaux redonné vie à ce qui pendant des siècles a permis d’étancher la soif des ecclésiastiques du prieuré et de bien d’autres occupants du lieu.